Hospices de Beaune. Un monument bourguignon pour les pauvres

Pas de ballade à Beaune sans une halte aux Hospices

J’allais visité la Maison des Climats. J’en ai profité pour voir un prestigieux monument beaunois : Une fondation hospitalière du moyen-âge rempli d’histoire.

Les deux temps forts de la visite des Hospices

Ne vous fiez pas à la façade extérieure pour vous décider à entrer car elle est un peu tristounette.  C’est dans la cour de l’Hôtel-Dieu que débute la visite. C’est là aussi le cœur du site où toits bourguignons en tuiles vernissées de Bourgogne et sol pavé vous replonge quelques instants, au Moyen-âge. Vous entrerez ensuite très vite dans la Salle des Pôvres avec ses petits lits à couverture rouge dans lesquels s’est fait soigné Louis de Funès à la fin de sa « grande vadrouille ».

cour hospices toits bourguignons

Plusieurs salles exposent aussi des objets d’époque dans un décor reconstitué plutôt réaliste mais rien qui ne reste en mémoire. Si ce n’est quelques anecdotes rigolotes. Celle-ci par exemple nous dit qu’au XVIIIème siècle, les médecins de l’hôtel Dieu pestaient car ils ne pouvaient pas réaliser d’analyses sanguines pour leurs patients. En effet, le corps médical de l’hôpital n’avait pas de microscope mais le laboratoire œnologique du même lieu, oui ! Le vin (et les dons) permettait de financer les soins et c’est encore le cas aujourd’hui.

salle povres hospices lits

Le vignoble des Hospices de Beaune

Savez-vous que les célèbres Ventes des Vins de Beaune sont en fait celles des vins provenant des 60 hectares de vignes appartenant aux Hospices. Cette vente annuelle permet de financer l’activité de l’hôpital moderne aujourd’hui  ?

On apprend aussi en cuisine que, pour la santé des malades, ceux-ci ne buvaient pas d’eau pour ne pas attraper de microbes 🙂 mais disposaient toujours d’un pichet de vin au pied de leur lit ! Bref, toutes ces petites histoires sont agréables à entendre d’autant qu’elles sont joliment racontées par les fondateurs des Hospices. C’est effectivement à travers un audioguide inclus dans le prix de la visite que l’on découvre tous les secrets du lieu. Et même s’il y a une trentaine de points à écouter sur l’appareil et une dizaine de salles à découvrir , on peut se lasser à mi-parcours.

Le ticket d’entrée est assez cher : comptez 11 euros en tarif plein pour une visite d’environ 90 minutes en prenant le temps.

Mais, malgré ce prix élevé à mon sens, et une certaine monotonie du lieu, la visite vaut le détour. Ça change des musées consacrés à la peinture. C’est l’occasion de voir un monument où la même vocation, celle de soigner les pauvres, a animé les habitants de ce lieu pendant plus de cinq siècles. Les photos sont autorisées.

Cet article peut vous intéresser : un musée atypique à 6 km des Hospices

Envoi
User Review
5 (1 vote)